Saint-Paul Rando

Saint-Paul Rando

Saint-Julien-le-Petit - Dimanche 25 janvier 2015

            Bonjour à tous, en ce dimanche 25 janvier nous voila partis sur le circuit de Sainte-Geneviève près de Saint-Julien-le-Petit. Le froid de cette fin janvier était rigoureux mais il n’a pas empêché dix courageux randonneurs et notre fidèle Alaska, de se lancer sur les traces de la légende de la châtelaine Geneviève et de sa fontaine.

 

            Après avoir quitté la plage sur le bord de la Maulde et ses arbres aux branches gelées, nous montons, montons, montons en direction des lieux dits Larron et Les Granges par de petits chemins. Bordés de murets de pierres, ces sentiers nous fîmes passer à proximité d’un lavoir abandonné, puis nous pûmes admirer la belle maçonnerie de ces villages. L’une de ces maisons portait le doux nom de « Guillaumière ». Et oui, je vous avais caché que j’avais un pied-à-terre sur cette commune qui fait partie de la communauté de communes des Portes de Vassivière :-).

 

            Reprenant notre montée, ce sont des chemins plus larges mais toujours autant gelés qui nous conduisent à la fontaine de Sainte-Geneviève. Situé sur une butte au beau milieu du bois éponyme, ce calvaire est constitué de trois marches en pierre surmontées d’une croix. Au pied de celle-ci on trouve des objets insolites : une petite lanterne, un pot avec des fleurs séchées, deux semelles de chaussures de rando !! Un Christ est attaché à la croix, deux statues de femme entourent l’ensemble et une statue de biche repose aux pieds des marches. Une biche ? Que diable fait-elle là ? Pour comprendre, il est temps pour moi de vous compter l’histoire de Sainte-Geneviève :

 

« Le Larron a donné naissance à une légende, celle de Geneviève, châtelaine confiée par son époux, parti en croisade, au soin de l’intendant. Mais celui-ci jaloux des biens de son maître ne pense qu’à mal et jette dehors la jeune châtelaine et son petit garçon. Geneviève survit à grand peine dans les bois mais une biche vient à son aide pour allaiter le bébé. Il faut les imaginer ainsi plusieurs années durant dans la solitude du Larron, près d’une source mystérieuse. Cependant le seigneur revient de la croisade et cherche son épouse. Alors qu’il croit tout espoir perdu, une biche l’invite du regard… et le conduit jusqu’à la fontaine, où il retrouve sa famille ! »

 

DSC00048.jpg

 

            A proximité des statues il y a en effet un creux naturel rempli d’eau :

 

« Cette fontaine suscite la curiosité. Située quasiment au sommet du Bois Larron, elle se présente comme une cavité bordée de pierres, en permanence emplie d’eau sans qu’on puisse voir d’où vient cette eau ni où elle s’écoule. La foi populaire lui prête des pouvoirs miraculeux. Elle témoigne en tout cas de l’importance de l’eau dans notre région. »

 

            Précisons que la croyance populaire fait que des gens conduisent jusqu'à Sainte-Geneviève les enfants qui ont du mal à parler, et plus largement les enfants qui ont des difficultés.

 

DSC00047.jpg

 

            Quittant Geneviève et ses mystères nous reprenons notre marche en direction d’une autre curiosité de notre randonnée : l’Arbre des Poules ! Voila ce que les guides nous apprennent son sujet :

 

« Il est tentant d’imaginer ces sympathiques volatiles perchés sur les grosses branches horizontales de l’arbre. Mais il faut sans doute chercher ailleurs la première origine du nom. Celui-ci paraît bien être une déformation du mot pouge, présent en de très nombreux lieux dans la région, et correspondant à un itinéraire tracé sur la hauteur (podium, en latin, qui évolue vers la forme pouge). Telle est bien la situation de ce chêne remarquable, qui se trouve non loin de la fontaine Sainte-Geneviève. Il y a un intérêt pratique à tracer les voies de circulation sur la crête, donc sur le ‘dur’ : on évite la construction d’une chaussée, et c’était le mode de tracé en Gaule avant la romanisation (mode qui a pu subsister pour des itinéraires postérieurs à cette époque). »

 

DSC00049.jpg

 

            La suite de cette marche nous conduit au village de Samis où, là encore, de belles maisons en pierres attirent notre regard. Plus loin nous descendons un chemin dans la magnificence du soleil couchant, qui nous illumine le village d’Artigeas et la rive droite de la Maulde. Encore un petit effort et nous voilà rendus aux voitures. Le nouveau GPS récemment acquis par le club fait des merveilles. Il est très précis et comporte de nombreuses options que nos animateurs ne manqueront pas de découvrir au fil de nos futures randonnées.

 

 

            Vous donnant rendez-vous pour notre prochaine balade le jeudi 5 février à Eyjeaux, je vous souhaite de passer une très bonne fin de ce premier mois de 2015 qui s’achève déjà.

 

            Merci à Bernard pour les photos, sportivement,

 

                                                                                                                                                                                              Guillaume



26/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres